A la chasse aux aurores boréales

Quand les couleurs dansent dans la nuit

Nous avions choisi de partir en Islande en hiver pour 2 raisons : voir des aurores boréales et visiter des cavernes de glace. N’ayant pas pu explorer ces fameuses cavernes pour des raisons climatiques, il fallait absolument que l’on voit les mystérieuses « Northern lights ».

mountains-landscape-and-night-sky

Nous avions 6 nuits pour réaliser ce rêve !

Nuit 1 : « pas le premier soir »

Nous sommes sur Reykjavik ce soir là. On est arrivé en Islande il y a à peine 8 heures. On a déjà repéré quelques petits coins d’observation sur le chemin entre l’aéroport et la capitale. A notre arrivée, il n’y avait pas de neige, on était même un peu étonné ; mais en partant à la chasse aux aurores vers 22 heures, on fait face à de très grosses averses de neige, on n’est pas à l’aise sur la route. Nous essayons d’attendre un peu sur le bord de la route, mais en vain, ça ne se calme pas, alors on retourne au chaud à l’hôtel. Pas de déception, il reste encore 5 occasions !

Nuits 2 et 3 : « derrière les nuages ! »

Nous arrivons à Vík dans la soirée mais il neige à gros flocons, nous savons d’avance que l’on ne verra rien… Dommage car Vík est une petite ville, 5 minutes de voiture et il n’y a plus de pollution lumineuse.

Même expérience le lendemain soir toujours à Vík. On revient tout juste de Jökulsárlón alors on est pas vraiment déçu car on a passé une super journée et on est creuvé. Pourtant c’était les 2 nuits où les aurores étaient les plus actives durant notre séjour, à vrai dire on n’a pas trop de chance.

Nuit 4 : « mise en condition »

Nous sommes à Borganes à 1 heure au nord de la capitale. On profite des étoiles dans le jacuzzi de notre chambre d’hôtes, mais toujours pas de trace des aurores, pourtant le temps est dégagé et on voit même des étoiles. On sort l’appareil photo pour faire quelques essais de pose longue pour être sûrs de ne rien manquer, mais rien ! A vrai dire, je ne suis pas sûre après coup que l’on regardait au bon endroit, il faut absolument regarder vers le nord pour espérer les observer.

Cette soirée nous aura permis de nous documenter un peu plus sur la prise de photos d’aurores boréales. Quelques liens intéressants pour les amateurs :

Nuit 5 : « Enfin ! »

Après une journée ultra fatigante à supporter le blizzard, on a tout à coup le stress de partir d’Islande sans voir d’aurores boréales. Nous logeons au centre de Reykjavik. On est fatigué, le vent a faibli mais il est toujours là, on se motive un peu pour tenter l’expérience ! On tente un premier spot trouvé sur Internet, Bessastaðir, la résidence du président, dans la ville d’Álftanes.

Spot 1

5 minutes à finir d’enfiler toutes nos couches de vêtements dans la voiture : 1 bonnet, 3 paires de chaussettes, 2 collants et 1 pantalon, 2 sous pull, 1 polaire, 1 veste, 1 paire de gants et 1 paire de sous gants et le manteau ! Il fait super froid et on sait qu’il faudra être patient.

A l’oeil nu, on pense en voir une, mais on est pas sûrs. Trépied et appareil photo en place avec une pose longue de 30 secondes… Bingo, l’aurore est là. On tente plein de réglages successifs, il faut faire avec la pollution lumineuse, mais aussi un vent de bord de mer assez fort. Malgré le trépied, on est pas certains d’avoir des photos nettes, mais on shoote, on est super contents de pouvoir enfin en voir ! L’aurore est en niveau « modéré ». On reste 2 heures à observer et prendre des photos puis on rentre fatigués mais heureux !

Nuit 6 : « Encore !! »

On passe une journée de beau temps dans la péninsule de Reykjanes, j’insiste sur « beau temps » car c’est la seule journée qu’on ait eu comme ça durant notre séjour. On espère donc un spectacle dans le ciel le soir. Dîner rapide dans un fast-food et « go aurora borealis » !

On se dirige vers notre spot, le regard fixé vers le nord.

Spot 2

Pas de vent ce soir là, mais on se couvre bien. Les étoiles sont là aussi. Le temps est idéal pour observer les aurores mais il est prévu des aurores d’intensité faible ce soir-là. On lance la première photo, on est bien rodé sur les réglages maintenant ; la magie opère. La différence de netteté par rapport à la veille est flagrante, c’est magnifique. On shoote pendant 2 heures. Seuls au milieu de nul part, et l’aurore est là devant nous, c’est magique !

On se surprend à en parler un peu comme un être vivant « regarde, elle est là, elle part, elle revient, elle bouge ! », c’est la magie.

On serait bien resté plus longtemps mais on doit prendre notre avion à 6h30 le lendemain matin… Sur le chemin du retour, on prévoit déjà de revenir observer les aurores boréales un jour !

Islande - Aurore boréale

Vous aimez cet article ? Partagez-le avec vos amis !

Ajouter un commentaire


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Islande
A la chasse aux aurores boréales